titre

NATTIER

NATTIER,  famille de peintres français du XVIIe et du XVIIIe siècle. Elle est représentée par les artistes suivants : Marc Nattier père, portraitiste, né et mort à Paris (1642-1705). Il parait être sorti de l'atelier de Claude Le Fèvre, et fut reçu à l'Académie en 1676;

— Jean-Baptiste NATTIER

peintre d'histoire, fils du précédent, né à Paris en 1684, mort par suicide à la Bastille en 1726 (compromis dans une affaire de mœurs, il se coupa la gorge en prison) ; il avait été reçu membre de l'Académie en 1712 ;

Jean-Baptiste NATTIER
Joseph et la femme de Putiphar
1711
© Musée de l'Ermitage
Jean-Baptiste NATTIER
La mort d'Adonis
1718
 
Jean-Baptiste NATTIER
 
David et la tête de Goliath
 

— Jean-Marc NATTIER

portraitiste, fils de Marc, né et mort à Paris (1685-1766). Il se fit agréer à l'Académie en 1715. On lui demanda pour sa réception un plafond d'Apollon protecteur des arts dont il peignit et présenta l'esquisse, mais l'académie se ravisa. Son élection ne put avoir lieu qu'en 1718, après l'exécution de son tableau de Phinée changé en pierre (musée de Tours). Dans l'intervalle, le tsar Pierre le Grand l'avait appelé en Hollande pour y peindre divers portraits de son entourage et une Bataille de Pultawa. En 1734, le chevalier d'Orléans, fils du Régent et grand prieur du Temple, lui accorda la succession de Jean Raoux, son peintre, avec un logement au Temple. Dès lors, le succès lui resta fidèle, sauf en son extrême vieillesse. Beaucoup de ses portraits ne nous sont connus que par des estampes ou de simples mentions. Au Salon du Louvre en 1737, on voyait de lui une allégorie de la Justice, empruntée à une suite de figures allégoriques décorant la grande salle du Temple. Au Salon de 1733, c'était le Grand prieur commandant sur un part de mer.

Jean-Marc NATTIER
Thalie, muse de la Comédie
1739
 
Jean-Marc NATTIER
Persée, assisté de Minerve,
pétrifie Phinée, 1718
© Musée des B-A, Tours
Jean-Marc NATTIER
Henriette de France en Flore
 
© Musée des B-A Orléans
Jean-Marc NATTIER
Marie-Adélaïde de France
en Diane, 1745
© Musée de Niort
Jean-Marc NATTIER
Vestale
1759
© North Carolina Museum of Art


Puis viennent en grand nombre de portraits de grandes dames, de princesses, de favorites, etc., représentées sous des costumes mythologiques, ou au naturel comme l'admirable Marie Leczinska en négligé, et son propre portrait avec sa famille, autour d'un clavecin, peinture datée de 1730.  L'artiste, atteint d'hydropisie en 1762, dut vendre son cabinet de curiosités et connut toutes les amertumes de la décrépitude. Il était professeur à l'Académie depuis 1752;

— N. NATTIER, fils de Jean-Marc. Après quelques succès à l'école académique, son père l'envoya à Rome, en 1753, et il s'y rendit avec la suite de Madame infante. N. Nattier se noya en se baignant dans le Tibre (1754).

Cliquer sur l'icône pour voir l'oeuvre en grand format ou sur un lien texte pour avoir une explication et voir d'autres oeuvres sur le même sujet.

bdp

© Images are copyright of their respective owners, assignees or others